Festival du film francophone

Session journée : Rétrospective Jacques Tati

Les films seront projetés du lundi 31 mars au vendredi 4 avril tous les jours à 15h au Centre Culturel Bactria (15, rue M. Tursunzoda )

Lundi 31 mars Jour de fête
Mardi 1er avril Les vacances de monsieur Hulot
Mercredi 2 avril Mon oncle
Jeudi 3 avril Play Time
Vendredi 4 avril Parade

Session soirée : films francophones

Les films seront projetés du mardi 1er avril au jeudi 3 avril à 18h au Centre Culturel Bactria(15, rue M. Tursunzoda )

Mardi 1er avril Welcome
Mercredi 2 avril La petite chambre
Jeudi 3 avril 38 témoins

Résumé des films :

Jour de fête : Jacques Tati, 1949

Un petit village français prépare sa fête annuelle. Les enfants regardent de tous leurs yeux les forains, Marcel et Roger, monter leurs manèges sur la place. Quant au facteur, François, après avoir assisté à la projection d’un film sur son métier tel qu’on le pratique en Amérique, il entreprend, sur sa vieille bicyclette, une tournée intempestive. Quand la fête est finie, le village retrouve son calme ...

Les vacances de monsieur Hulot : Jacques Tati, 1953

Monsieur Hulot arrive en vacances dans un paisible hôtel familial au bord de la mer. Il se montre maladroit et commet de nombreuses bourdes. À travers différentes anecdotes, le film présente une galerie de types de vacanciers (à une époque où les vacances à la mer deviennent le rite annuel). À la fin de leur séjour, les vacanciers repartent sans que rien d’important ne se soit passé…

Mon oncle : Jacques Tati, 1958

Monsieur Arpel, riche industriel et fier de sa maison futuriste bardée de gadgets technologiques à l’utilité improbable, veut éviter que son beau-frère, M. Hulot, personnage rêveur et bohème, n’influence son fils. Il va essayer de lui confier un emploi dans son usine avant de l’éloigner.

Play time : Jacques Tati, 1967

Des touristes américaines ont opté pour une formule de voyage grâce à laquelle elles visitent une capitale par jour. Mais arrivées à Orly, elles se rendent compte que l’aéroport est identique à tous ceux qu’elles ont déjà fréquentés. En se rendant à Paris, elles constatent également que le décor est le même que celui des autres capitales...

Parade : Jacques Tati, 1974

Dans un cirque, Tati joue à Monsieur Loyal et présente une succession d’attractions. Entre celles-ci il ressuscite ses anciens numéros de mime : le joueur de tennis, le boxeur, le gardien de but, le cavalier, le pêcheur à la ligne.

Welcome : Philippe Lioret, 2009

À Calais, Bilal, jeune migrant kurdesans-papier, a le projet d’aller en Angleterre pour retrouver sa petite amie kurde, Mina, et devenir footballeur professionnel dans l’équipe de Manchester United. Il fait donc appel à un passeur et embarque à bord d’un poids lourd avec d’autres migrants, mais ils sont repérés et arrêtés par la police. Il décide alors de prendre des cours de natation pour traverser la Manche à la nage. Il se rend à la piscine municipale, où il rencontre Simon, Français médaillé d’or en natation, devenu maître-nageur et vivant difficilement la rupture de son couple...

La petite chambre : Stéphanie Chuat, Véronique Reymond, 2010

Dans le canton de Vaud en Suisse, Edmond est un vieil homme sur le déclin que son fils veut placer en maison de retraite. Il est soigné par Rose, jeune infirmière à domicile, jusqu’au malaise du vieil homme qui doit être hospitalisé. Rose décide de s’occuper de lui en l’hébergeant chez elle.

38 témoins : Lucas Belvaux, 2012

Alors qu’elle rentre d’un voyage professionnel en Chine, Louise découvre que sa rue a été le théâtre d’un crime. Aucun témoin, tout le monde dormait.
Paraît-il.
Pierre, son mari, travaillait. Il était en mer. 
Paraît-il…
La police enquête, la presse aussi. 
Jusqu’à cette nuit où Louise rêve. Elle rêve que Pierre lui parle dans son sommeil. 
Qu’il lui parle longuement. Lui qui, d’habitude, parle si peu.

Dernière modification : 23/06/2014

Haut de page